Une journée de travail et d’échanges sur la place des pratiques artistiques amateurs. De beaux projets présentés, tels que ceux de la ville d’Avignon, les créations partagées de Jean Pierre Seyvos, le DOUZE nouvel équipement de Cergy, les projets portés par Hervé Sika ou Blandine Savetier…

Bientôt le retour en vidéo ICI

La question des espaces de pratiques, les salles de répétition, la disponibilité des lieux de spectacles, les galeries d’exposition constituent un enjeu fort pour la pratique artistique amateur. Portés par l’inspiration tout autant que par le désir d’une pratique tour à tour ludique, exigeante, épanouissante, individuelle mais surtout collective, qui sont les amateurs ? Et surtout de quels espaces s’emparent-ils dans la ville ou ailleurs ?

Dans cet écrin historique et de renommée mondiale que constitue le Festival d’Avignon, dans la fraîcheur de ses pierres et sous le feu de ses projecteurs, la Maison des Pratiques Artistiques Amateurs (MPAA) et l’Association des Directrices et Directeurs des Affaires Culturelles d’Ile-de-France (ADAC IdF) s’associent pour une journée d’étude consacrée aux amateurs et à leurs lieux de pratiques. Il s’agit d’interroger deux aspects essentiels : quelle place occupe les amateurs dans les politiques publiques qui financent la culture, et qui sont ces amateurs dont on parle sans trop bien les connaitre ? Des artistes autonomes ? Des curieux ? Des aficionados ? Des participant·e·s dans des spectacles de professionnel·le·s ?

L’implication effective sur scène déplace-t-elle le 4ème mur pour élargir l’espace de jeu ? Doit-on, de ce fait, repenser les lieux pour favoriser les parcours à travers ces arts qui dépendent des codes scène/salle pour exister ?

9h30 – 12h • Atelier DE COGITATION COLLECTIVE

AXE 1 – Quels lieux de pratiques artistiques dans la Ville ?

1/ Equipements, espaces et politiques publiques

Le lieu est le point commun et indispensable à toute pratique artistique, quelle que soit la discipline, que le projet soit professionnel ou amateur.

Comment les politiques publiques s’emparent-elles de cette question ? Quels sont les lieux mis à disposition et les modalités d’accès ? S’agit-il d’espaces dédiés ou partagés entre professionnel·le·s et amateurs ? L’accès à l’espace public (intérieur ou extérieur) doit-il être encadré ou laissé en libre accès ? oublié ou valorisé ? Quel est le lien avec les lieux alternatifs ou structures privées ?

• Chistophe BENNET, DAC de la ville de Cergy, coordinateur du projet du futur tiers-lieu culturel Le DOUZE
• Marianne ROBERT, Cheffe du département Culture de la ville d’Avignon

2 / L’accompagnement des projets amateurs hors-cadre ?

Les projets artistiques naissent au gré des envies et se nourrissent essentiellement d’énergies collectives, d’initiatives personnelles, de rencontres et d’opportunités. Certaines collectivités identifient ces projets, mettent en place des dispositifs d’accompagnement ou de valorisation qui relèvent parfois du « sur mesure ».

Mais ce cadre n’existe pas toujours. Et au-delà des structures publiques, quels interlocuteurs pour les pratiques amateurs ? sur quelles passerelles s’appuyer pour faire grandir un projet ?Jusqu’où va la souplesse des modalités d’accompagnement ? Sont-ils ponctuels ou s’installent-ils dans la durée ? Quelles spécificités en zones rurales ?

• Stéphane SOLER, Directeur d’AVEC-La Gare (Animation Vauclusienne Educative et Culturelle)
• Elsa JOURDAIN, Cheffe du Bureau du parcours d’éducation artistique et culturelle, Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis

AXE 2 – Participer fait-il de moi un amateur ?

3 / Qu’entend-on par amateur ?

En matière de pratique artistique, d’aucuns pensent qu’il faudrait pouvoir se passer du mot, qui ne correspond plus à la réalité 2.0. D’autres, au contraire, le revendiquent et affirment qu’il doit avoir toute sa place dans les politiques culturelles. Que dit « amateur » ? Bien plus qu’il n’y paraît, toutes celles et ceux qui ont tenté de le définir le savent. Car il ne s’agit pas seulement d’une question de statut. Est-on amateur quand on est participant·e ? Est-on amateur quand on est figurant·e ? Est-on amateur quand on est simplement soi-même, sur scène ?

La présence d’amateurs dans des projets aux multiples formats amène à poursuivre le questionnement et chercher quel est l’équilibre entre amateur et … amateur.

• Hervé SIKA, chorégraphe et metteur en scène
• Ruth MACKENZIE, Directrice Artistique, Théâtre du Châtelet
• Sandrina MARTINS, Directrice Générale, Le Carreau du Temple

4 / L’autonomie des projets amateurs

Parle-t-on de spectacle ? L’essence artistique est-elle compatible avec l’amateurisme ? Peut-on vraiment créer en dilettante ? Quelles subtilités les programmateur·trice·s mettent en avant pour intégrer et communiquer sur des projets amateurs au cœur des saisons culturelles d’une ville ? Des droits culturels à la suspicion de concurrence, quels enjeux se dessinent dans la coexistence de projets amateurs et projets professionnels ?

• Jean-Pierre SEYVOS, compositeur et metteur en scène, Directeur Artistique de projets de création partagée
• Elisabeth LARSONNEUR, chargée de communication et mécénat au Théâtre et cinéma J. Prévert à Aulnay-sous-Bois

15h > 17h30 • Plénière de restitution et échanges avec le public

• Christophe GIRARD, Adjoint à la Maire de Paris pour la culture
• Paul RONDIN, Directeur délégué du Festival d’Avignon
• Sonia LEPLAT, Directrice de la MPAA
• Carole ZIEM, Présidente ADAC Ile-de-France, Vice-Présidente FNADAC, DAC de Fontenay-sous-Bois
• Blandine SAVETIER, Metteuse en scène

> modérateur : Mathieu BRAUNSTEIN, journaliste à Télérama